ACTUALITÉS

La démarche créative

Un joli reportage qui en 3 minutes traduit ma démarche et mon rapport aux vins du Jura. Initié et réalisé par Philippe Arbez pour France 3.

 

Mémoires de terre, vin et créativité : la visite disponible en vidéo

L’exposition n’a pu être prolongée comme prévue initialement, une vidéo a été réalisée pour que chacun puisse s’immerger de créativité et de terroirs du Jura.

https://youtu.be/O3lAXnrgXqM

thierry Moyne - peinture à base de vins du Jura et de terre

Pierre DOLE

Un orfèvre de la terre.
Bien qu’à priori incongrue, l’association de ces mots est l’impression fugace qui me traverse l’esprit devant certaines calligraphies de Thierry Moyne actuellement exposées à la galerie Bertrand Hassoun.
L’itinéraire alambiqué de l’artiste suit des chemins de traverse qui lient de manière intime terroir et art, jusqu’à laisser décanter sur le tard un nectar à la saveur inattendue. Restaurateur du côté d’Arbois dans une vie antérieure pas si lointaine, Thierry Moyne a gardé de cette expérience le sens du geste précis et un attachement indéfectible à une expression culinaire qui meut toujours le fil de ses créations.
Devant “Pinot noir la Cabane 2018”, ce n’est pas le nom ou le millésime d’un grand cru qui retiennent d’abord notre attention, mais la surprise que recèle l’association de vins et de pigments pour concevoir des calligraphies. Elle produit des accords à la texture insoupçonnable, accords également redevables à la mesure d’un geste incarné qui cisèle au plus près la matière.
Par ses recherches incessantes, le cuisinier hors pair s’est mué en un artiste qui chemine en équilibriste sur une voie désormais plus âpre, la calligraphie ne souffrant nul repentir. Mais au cœur des signes que Thierry Moyne déploie, germe parfois des formes indéterminées par lesquelles il nous laisse un espace de liberté pour projeter nos propres rêves. C’est en cela que la calligraphie est plus qu’un art de l’écriture. C’est un art de l’abandon de soi qui se nourrit ici des racines terriennes des ceps de vignes que Thierry Moyne chérit pour donner vie à ses œuvres.
Je reprendrai finalement bien une gorgée de ce Pinot noir millésime 2018.

 

thierry Moyne - peinture à base de vins du Jura et de terre

Galerie Bertrand Hassoun

du 10 décembre 2020 au 16 janvier 2021

La visite d’un atelier d’artiste est un moment privilégié, unique, car je m’installe au coeur même de l’intimité de l’artiste.
Lorsque j’ai visité pour la première fois l’atelier de Thierry Moyne, je me suis aperçu que son atelier était un véritable laboratoire d’alchimiste. Des bouteilles de vin reposent ça et là à même le sol, des cailloux éparpillés, des petits tas de terre, des tubes de peinture triturés, meurtris, des taches d’encre de chine parsèment son espace, des papiers étendus sur un fil à linge sèchent, ébauche d’un premier travail.

Que font tous ces ingrédients ensembles ? Thierry Moyne créé des associations de matière. Il invente son propre médium qui va conférer à sa production artistique un grain particulier, une couleur inédite. La singularité de Thierry est ce travail acharné de recherche de matière qui va servir au plus juste son expression artistique.

Sa peinture est une expérience visuelle mais aussi gustative. Comment est ce possible ? C’est le vin mélangé à sa terre d’origine qui produit cet effet. Les titres de ses toiles, le nom des vins utilisés appellation, lieu-dit, millésime domaines et vignerons (on retrouve souvent des vins du Jura, son terroir d’origine) nous renvoi à l’éveil des sens. Mais Thierry va plus loin, et nous invite à une leçon d’humilité : le travail de la terre, un labeur difficile que l’homme essaie de domestiquer depuis des millénaires pour produire la vigne, et donc le vin source même de son travail.

Au coeur du processus créatif : la fermentation, le vigneron accompagne la transformation du raisin en vin, à l’instar d’un artiste qui fait mûrir son œuvre avant de l’accoucher.

L’iconographie de Thierry Moyne est variée mais toujours soutenu par un investissement sans faille continu et contenu.
Son travail est avant tout un travail d’écriture. Les outils utilisés sont les mêmes que ceux utilisés par les calligraphes, le calame fabriqué à partir de roseaux et différents pinceaux chinois (plumes de coq, crin de cheval de Manchourie, poils de chèvre,…) qui lui permettent d‘exprimer sur la toile des symboles forts que le regardeur décode selon son propre ressenti.
Ce qui est troublant dans le travail de Thierry Moyne c’est son incroyable efficacité à aller à l’essentiel, une ligne, un trait porte l’oeuvre et équilibre parfaitement les autres éléments de la composition.
C’est le fruit d’un long travail, toujours le même geste répété des centaines voir des milliers de fois avant que la forme ne commence à exister.

Sentir monter en soi cette force créatrice qui va amener l’artiste à réaliser la forme juste.
Sentir à quel moment le geste va s’exprimer sur la toile au bon instant pas avant, pas après.
On pourrait croire que ce geste est un total abandon mais pas du tout, il se libère en pleine conscience.
Le geste est vrai, sincère et authentique. Thierry Moyne se donne totalement à sa peinture. Il se confond à son art, il est peinture.

(Pascal Bertrand Hassoun, Galerie Bertand Hassoun, Besançon)

Salon Feel Art

la Filature à Audincourt,
du 24 octobre au 1er novembre 2020
https://www.facebook.com/events/343818309921540/